Au travail ou à l'école, tenez vous droit

Pour la majorité des gens, c'est au travail ou à l'école que l'on passe la plus grosse partie de la journée. Il est donc particulièrement important de savoir quels gestes et quelles attitudes éviter afin de ne pas déclencher une crise ou de l'aggraver lorsqu'elle est déjà présente ! En cas de crise, lorsque l'on travaille assis, il est tentant de bouger le moins possible tant les mouvements pour se lever et s'assoir son pénibles. Pourtant, il faut malgré tout éviter cela et se forcer à se lever de temps en temps pour faire quelques pas. Cela étire le nerf et évite de "bloquer" les muscles du dos et ainsi n'ajoute pas une nouvelle douleur à celle de la sciatique. Si vous travaillez debout, il faut à tout prix éviter les talons hauts qui répartissent le poids du corps de manière inégale et ajoutent donc encore plus de pression sur le disque intervertébral endommagé et donc le nerf sciatique. Si votre poste impose le port de talons, n'hésitez pas à consulter un médecin qui pourra vous prescrire un arrêt de travail. Evitez toujours de porter de lourdes charges en particulier en cas de crise (encore une fois un arrêt pourra être prescrit si cela fait partie de votre emploi). Le reste du temps, pour vous baisser ou soulever une charge placée à terre, pensez à plier les genoux plutôt que de plier le dos en avant. Cela répartira mieux le poids et épargnera votre dos.

A la maison, reposez-vous de manière efficace !

En cas de crise, profitez d'être chez vous pour vous reposer et surtout reposer votre dos. Mais attention à ne pas céder à certaines tentations qui pourraient aggraver votre sciatique. La première c'est le canapé moelleux ! En effet si cela peut paraître confortable au premier abord, vous vous rendrez vite compte que cela ne fait qu'empirer la douleur voire la réveiller. En effet, ce genre d'assise ne donne aucun support ou maintien du dos et accentue donc la pression sur le nerf. D'autre part, on a souvent tendance à s'y vautrer, le dos vouté ou tordu et les jambes croisés, ce qui ne fait là encore qu'accentuer la pression. Selon la racine du nerf touché par la hernie, certaines positions des jambes donnent une sensation de soulagement de la douleur (la jambe douloureuse croisée par dessus l'autre). Il ne faut cependant pas se fier à cette sensation qui n'est que provisoire, dès que vous décroiserez la douleur sera de nouveau présente. Pour une disparition durable des symptômes, il faut privilégier un dos droit et des jambes parallèles lorsque vous êtes en position assise. Pour ce qui est des tâches ménagères, remettez-les à plus tard autant que possible si elles nécessitent de vous baisser ou d'adopter des postures déséquilibrées. Il est en effet mauvais pour le dos de s'appuyer sur une seule jambe que ce soit celle qui vous fait souffrir ou l'autre.

Au lit, adoptez les bonnes pratiques !

Lorsque l'on souffre de sciatique, dormir peut parfois se révéler difficile. Il y a donc plusieurs habitudes à proscrire si vous ne voulez pas aggraver votre crise ou même accentuer votre hernie. Tout d'abord, il est extrêmement déconseillé de dormir sur le ventre. Cela accentue la courbure de votre dos dans le mauvais sens et ajoute encore plus de pression sur votre disque et donc sur le nerf. Mieux vaut rester sur le dos les jambes relevées ou sur le côté les jambes pliées. Si vous souhaitez lire ou regarder votre tablette/téléphone avant de dormir, ne le faites pas non plus en étant sur le ventre le buste relevé, cela accentuera encore plus la pression sur votre dos même si ce n'est que pour 15 ou 20 minutes ! Si vos crises sont régulières, il faudra aussi penser à avoir une literie adaptée. Votre matelas ne doit surtout pas être trop mou, cela poserait les mêmes problèmes qu'un canapé moelleux. A moins de dormir sur le dos, évitez une trop grande épaisseur d'oreillers, cela pourrait tordre votre colonne vertébrale. Enfin ne restez pas au lit plus que nécessaire, même avec une bonne position, il est meilleur pour le dos de bouger régulièrement.

Restez actif mais en douceur !

Sauf en cas de crise particulièrement aigüe, une sciatique ne vous empêche pas de continuer à avoir une activité physique. Celle-ci doit cependant être réduite et il vous faut prendre certaines précautions afin d'éviter une aggravation des symptômes. Vous pouvez donc continuer à marcher pour vaquer à vos occupations, il faut en revanche éviter des marches trop longues. Faites donc une pause ou trouvez un autre moyen de transport si vous commencez à être essoufflé ou à boiter, c'est le signe que trop de pression est appliqué sur le nerf. Lorsque vous marchez, évitez de boiter, vous risqueriez de déclencher des contractures musculaires ou de faire passer la douleur sur votre autre jambe. Si nécessaire, n'hésitez pas à utiliser une canne, cela vous aidera à répartir votre poids et à épargner votre jambe. Vous pouvez reprendre une pratique sportive dès la sortie de votre période de crise, mais certains sports sont à éviter en toutes circonstances. Le jogging ou les sports nécessitant de sauter accentueront trop le poids sur votre dos lors des "chocs" répétés. Les sports violents ou de combat (rugby, boxe, etc) sont aussi à proscrire en raison des chocs et risques de blessure, et donc d'aggravation des symptômes. Enfin les sports comme le tennis ou l'escrime demandant d'être fréquemment en déséquilibre sont aussi éviter, pouvant accentuer un déséquilibre, du à votre hernie, déjà présent.