Qu'est-ce qu'une hernie discale ?

La hernie discale est une affection qui se situe au niveau des disques intervertébraux. Ces disques servent à rendre la colonne vertébrale mobile et alignée. Ils ont aussi une fonction d'amorti en cas de coup ou de chute. Une hernie discale se caractérise donc par le déplacement d'une partie de l'un de ses disques hors de son emplacement normal. Cette hernie est en général causée par un trou dans l'anneau fibreux constituant l'extérieur du disque, laissant passer sortir et dépasser une partie de son noyau pulpeux. Nous possédons 23 disques intervertébraux répartis entre les vertèbres cervicales, thoraciques et lombaires plus entre la dernière vertèbre lombaire et le sacrum. Ils sont nommés en fonction des deux vertèbres qui les entourent. Bien qu'une hernie puisse apparaître sur n'importe lequel de ces disques, la grande majorité se produit au niveau du rachis lombaire (dans le bas du dos), en particulier au niveau des disques L4-L5 ou L5-S1. On retrouve aussi des hernies au niveau du rachis cervical (haut du dos), particulièrement les disques C5-C6 et C6-C7. Le rachis thoracique n'est en revanche quasiment jamais touché. Seuls 8% des hernies discales sont au niveau cervical et 2% au niveau thoracique.

Sciatalgies, cruralgies et autres névralgies

Les symptômes d'une hernie discale dépendent du disque atteint ainsi que de la localisation spécifique de celle-ci. Si elle peut dans certains être asymptomatique, elle est très souvent à l'origine de symptômes facilement identifiables. Une douleur est possible au niveau même de la hernie mais les symptômes les plus fréquents sont dues à une inflammation et donc une douleur du nerf dont la racine est comprimée par le disque. Lorsque les racines L5-S1 sont atteintes, cela crée une sciatique, douleur partant du bas du dos, passant par le côté de la fesse, la cuisse et le mollet jusqu'au talon. Lorsque ce sont les racines L3-L4, c'est une lombocruralgie aussi appelée "sciatique du devant". La douleur suit le nerf crural, saphène et fémoral, c'est à dire l'avant de la cuisse, le genou puis la face interne de la jambe. Dans le cas plus rare ou ce sont les racines C6-7-8 ou T1 on observe une douleur cervico-brachiale, donc au niveau de la nuque et d'un bras. Entre les racines T2 et T11, ce sera une névralgie intercostale. Enfin, dans le cas encore plus rare où les racines S2 à S4 sont toutes atteintes, on peut observer un syndrome de la queue de cheval, se traduisant, en plus de la douleur, par des troubles de l'érection ainsi qu'une incontinence urinaire et anale. Dans tous les cas, on peut aussi observer une faiblesse musculaire du membre atteint ainsi qu'un engourdissement.

Lésions dégénératives et autres causes de la hernie discale

La hernie discale est le plus souvent causée par une lésion dégénérative liée à l'âge. Avec le vieillissement, les disques intervertébraux deviennent moins souples, plus fragiles et la couche fibreuse qui les entoure peut se rompre plus facilement. Cette dégénération peut être fortement accentuée par des années de mauvaises postures et de mouvements répétitifs. Une hernie discale peut aussi être causée ou accentuée par un choc, un traumatisme ou même un simple mouvement brusque dans une mauvaise posture. Un fort surpoids ou une grossesse peuvent aussi être d'importants facteurs de risques. Dans certains cas, il existe aussi une prédisposition héréditaire à la hernie. La majorité des hernies surviennent entre 30 et 50 ans. Donc si une personne nettement plus jeune en souffre sans traumatisme ou autre facteur de risque apparent, il est très probable que la cause en soit héréditaire.

Comment guérir ou soulager les symptômes de la hernie

Dans la grande majorité des cas, la hernie discale se traite uniquement en soulageant les symptômes qui y sont liés car le plus souvent, elle ne progressera pas. Lorsque la hernie est provoquée par un traumatisme, avec de bonnes habitudes et une activité physique adaptée, elle pourra même totalement disparaître. Pour soulager la douleur, le médecin prescrira le plus souvent une combinaison d'anti-douleurs et d'anti-inflammatoires non-stéroïdiens voire de corticoïdes en fonction de l'intensité de la douleur. Mais il existe de nombreuses alternatives aux traitements médicamenteux pouvant se révéler tout aussi efficaces. Les manipulations ostéopathiques, les massages aux huiles essentielles, les plantes ou les soins de balnéothérapie sont très populaires et ont bien sûr l'avantage d'être non toxiques. De bonnes habitudes, le port d'une ceinture lombaire et la pratique de sports doux pour muscler le dos permettront eux, de limiter les périodes de crise. Enfin dans certains rares cas où les lésions sont particulièrement importantes et causent des symptômes plus graves, une chirurgie peut être envisagée afin de dissoudre le matériel hernié ou de remplacer le disque par une prothèse. Cela peut notamment être le cas lors d'un syndrome de la queue de cheval.